Ovidie - Infidélité - Porno pour les femmes

Porno : un nouveau souffle grâce aux femmes ?

Publié le 22/03/2012 · Publié dans Blog

Depuis son apparition jusqu’à très récemment, le porno a toujours été un terrain d’expression exclusivement réservé aux hommes, le rôle de la femme y étant la plupart du temps réduit à une forme de passivité et de soumission aux seules fins de satisfaire les désirs masculins, d’incarner les fantasmes de ces messieurs. Lorsqu’internet est arrivé et que le porno a commencé à coloniser ce nouvel espace de liberté on a progressivement assisté à un appauvrissement de la production pornographique en termes de qualité. Internet a en effet incité les consommateurs de porno à en demander toujours plus, à considérer l’immédiateté de l’accès à ces contenus comme un dû et à chercher à mettre le moins souvent possible la main au portefeuilles. Les sociétés de production ont tenté de résister tant bien que mal à ce phénomène mais elles ont du se résoudre à s’y adapter pour pouvoir continuer à exister : les moyens alloués à la réalisation de films porno ont fondu petit à petit et la mode du « gonzo » en a été l’une des conséquences en focalisant exclusivement sur l’action au détriment de ce qui allait bientôt être considéré comme superflu : scénarios, décors, photographie, qualité des images, montage, prise de son etc. Ainsi, tout ce qui liait le porno au cinéma au sens artistique du terme a peu à peu été mis à l’écart pour ne conserver que de la matière brute, des scènes de sexe sorties de tout contexte, filmées de la manière la plus crue possible sans laisser la moindre place à l’imagination des spectateurs. Esclaves de cette nouvelle orientation de nombreux réalisateurs porno ont préféré arrêter de tourner plutôt que de contribuer à cet appauvrissement de la production pornographique et des milliers d’apprentis réalisateurs, surgis de nulle part, ont pris le relais en tournant des vidéos de piètre qualité à la chaîne sans se soucier du déclin vers lequel ils contribuaient alors à précipiter le porno, ce qui devait inévitablement arriver si l’on continuait sur cette lancée. Mais c’était sans compter sur les femmes !

Les féministes à la rescousse du porno

Le porno traditionnel a toujours été l’un des principaux chevaux de bataille des féministes qui ont largement contribué à dénoncer la place qu’occupait la femme au sein de ces films et vidéos créés par des hommes pour des hommes, laids, vulgaires et centrés sur le seul plaisir masculin. Pour ces femmes engagées et bien décidées à être le moteur de son évolution, vouloir un porno différent ne signifiait pas pour autant montrer du sexe à l’eau de rose, de l’érotisme saupoudré de bons sentiments. Non. Ce qu’elle cherchait avant tout à faire évoluer ce sont les liens que la pornographie entretient avec ses sujets, qu’ils soient d’un côté ou de l’autre de la caméra, d’un côté ou de l’autre de l’écran. C’est de cette idée qu’est parti le journaliste David Courbet pour écrire son essai intitulé « Féminismes et pornographie » publié aux éditions La Musardine (vous pouvez vous procurer cet excellent livre ici : Féminismes et pornographie). David Courbet croit sincèrement à un nouvel avenir de la pornographie à travers le porno féminin et son essai en retrace toute l’histoire, depuis ses prémices aux Etats-Unis dans les années 80 (et oui, le phénomène ne date pas d’aujourd’hui contrairement à ce que l’on pourrait penser !) jusqu’aux premiers travaux pornographiques concrets faits par des femmes pour les femmes, notamment en France au début des années 2000 (20 ans plus tard !) avec la réalisatrice Ovidie, ex-actrice porno, la photographe et réalisatrice Emilie Jouvet ou encore la fondatrice du portail web SecondSexe.com entièrement dédié au plaisir féminin, Sophie Bramly. Mais plus d’une décennie après ces premières tentatives, force est de constater que le porno féminin reste très marginal face à l’approche traditionnelle et notamment au gonzo. Si le porno féminin n’a pas encore percé ce n’est pas parce qu’il ne trouve pas son public, au contraire, mais parce qu’il ne parvient pas à trouver un modèle économique viable : en effet, qui dit décors, mise en scène, éclairage et scénarisation dit budget conséquent… Or les bénéfices des films porno féminins ne permettent que de justesse de financer un nouveau projet, et encore pas toujours ! Les femmes vont-elles enfin pouvoir donner un nouveau souffle au porno ?

Le porno gratuit et l’effondrement du marché au service du porno féminin

D’abord fragilisée puis désormais vraiment ébranlée par le succès du porno gratuit, l’industrie du X doit impérativement trouver de nouvelles voies pour reprendre en mains un marché qui s’est effrité à vitesse grand V ces dernières années au point d’être aujourd’hui dans une situation critique. Se tourner vers une approche plus qualitative et plus artistique du porno est un pari risqué mais c’est pourtant la seule véritable opportunité qui se présente aux principaux acteurs de l’industrie pornographique pour rebondir. En France c’est Marc Dorcel qui a donné l’exemple en mettant en ligne Dorcelle.com, le premier site porno français fait par des femmes pour des femmes (ce qui n’en n’interdit pas pour autant l’accès aux hommes qui y sont, au contraire, les bienvenus ;)). Associé à un grand nom de l’industrie adulte française, Dorcelle.com s’attache à montrer le porno autrement en rompant avec le schéma traditionnel « fellation > pénétration vaginale > pénétration anale > éjaculation buccale, faciale ou corporelle » sans pour autant verser dans la mièvrerie et le sexe bon enfant.

Il aura fallu beaucoup de temps et de persévérance pour en arriver là mais le porno féminin semble enfin prêt à s’imposer dans le paysage pornographique et à reconquérir un marché en déroute et en manque de repères. Cette reconquête n’est toutefois pas gagnée d’avance et il faudra encore que ses acteurs fassent preuve de détermination, de volonté, d’envie, de travail et de persévérance pour parvenir à séduire son public avec ce nouveau format mais les fondations semblent cette fois-ci vraiment solides et le porno féminin pourrait bien être le nouveau souffle tant attendu par toute l’industrie du X.